Navigation principale

aujourd'hui

Après-Midi
33°C
80% Soleil
4500mm
Risque de gel

Mercredi

Mercredi
33°C
80% Soleil
4600mm
Risque de gel

Jeudi

Jeudi
33°C
70% Soleil
4500mm
Risque de gel

Prévisions

Nous avons en ce moment une vague de chaleur d’été avec de très hautes températures! Une telle période de chaleur est toujours accompagnée d’un soleil radieux, et aujourd’hui nous en aurons assez !

Le jour reste ensoleillé et tres. Les orages sont rares.

Tendance

Demain et après-demain, il n’y aura pas de changements considérables, à part le risque d’orage qui augmentera.

Besoin d’aide ? Contactez-nous !

Office du tourisme Innsbruck


lun - ven : 8h00 - 17h00

Réservations d’hôtel et réservations de groupe


lun - ven : 9h00 - 17h00

Informations touristes


lun - sam : 9h00 - 17h00

aujourd'hui

Après-Midi
33°C
80% Soleil
4500mm
Risque de gel

Mercredi

Mercredi
33°C
80% Soleil
4600mm
Risque de gel

Jeudi

Jeudi
33°C
70% Soleil
4500mm
Risque de gel

Prévisions

Nous avons en ce moment une vague de chaleur d’été avec de très hautes températures! Une telle période de chaleur est toujours accompagnée d’un soleil radieux, et aujourd’hui nous en aurons assez !

Le jour reste ensoleillé et tres. Les orages sont rares.

Tendance

Demain et après-demain, il n’y aura pas de changements considérables, à part le risque d’orage qui augmentera.

Besoin d’aide ? Contactez-nous !

Office du tourisme Innsbruck


lun - ven : 8h00 - 17h00

Réservations d’hôtel et réservations de groupe


lun - ven : 9h00 - 17h00

Informations touristes


lun - sam : 9h00 - 17h00

La Nordkette

La montée au Hafelekar

La balade urbaine la plus haute des Alpes : le trajet menant sur la montagne attitrée d’Innsbruck passe sur l’Inn, par des forêts d’épicéas et des rochers pour aboutir au royaume des bouquetins. Peu de gens connaissent le parcours aussi bien que Thomas Keil : il travaille pour les remontées mécaniques de la Nordkettenbahn, et il s’émerveille jour après jour de l’âpre beauté de l’univers alpin.

Thomas Keil ne s’en lasse pas. Souvent, durant la montée au Hafelekar, une brume épaisse masque la vue – puis vient le moment magique. Celui où la cabine transperce le mur de nuages et semble s’élancer dans l’immensité bleue. « Ce ciel… » s’enthousiasme-t-il. « Par temps clair, le regard porte jusqu’aux confins du massif du Karwendel. Et loin en-dessous, il y a la vallée. »

 

Des expériences comme celle-ci enrichissent le quotidien professionnel de Keil depuis 18 ans. Pendant longtemps il travailla comme machiniste aux remontées mécaniques du Kitzsteinhorn à Kaprun. En 2015, il arriva à Innsbruck. Tout d’abord contrôleur pour la Nordkettenbahn, il est à présent chef d’exploitation adjoint. « J’aime le contact avec les visiteurs », raconte-t-il. « Chef d’exploitation, c’est un bon compromis qui regroupe les échanges avec les gens et l’aspect technique.

Vue sur les montagnes du Karwendel
Vue sur les montagnes du Karwendel
La Nordkette de nuit
La Nordkette de nuit

« Un océan de couleurs »

La Nordkette se caractérise surtout par ses contrastes, c’est l’une des raisons pour laquelle elle est autant appréciée par les habitants de la région. « En automne, la Seegrube est un véritable océan de couleurs les plus diverses », dit Keil. « Et plus haut sur le Hafelekar, par-delà les arbres, il arrive parfois qu’un peu de neige saupoudre déjà les sommets en septembre ». Un doux été indien bien ensoleillé et les premières neiges, les ruelles animées d’Innsbruck et la solitaire croix du sommet, l’effervescence de la ville et le silence complet : éloignés les uns des autres que de quelques minutes en remontées. Thomas Keil a la chance de travailler là où d’autres viennent en vacances.

Une technologie spectaculaire

Keil est coresponsable d’une incroyable combinaison de remontées mécaniques. Le funiculaire futuriste de la Hungerburgbahn, conçu par la célèbre architecte Zaha Hadid, transporte les visiteurs depuis le centre-ville jusque sur le haut plateau d’Innsbruck. Là, les voyageurs changent pour la Seegrubenbahn et une station plus loin, ils prennent la Nordkettenbahn qui monte au Hafelekar – la fenêtre donnant sur le massif du Karwendel.
Durée totale du trajet depuis la ville au sommet : une demi-heure à peine.

« Sur les hauteurs du Hafelekar, par-delà les arbres, il arrive parfois qu’un peu de neige saupoudre déjà les sommets en septembre. »
Thomas Keil

Prairies bucoliques et âpre beauté alpine

Keil a connu peu d’endroits où le rythme des saisons est aussi apparent, et de manière si spectaculaire, qu’au parc naturel du Karwendel. Là où, par un « bon hiver », s’amoncellent six à sept mètres de neige à la Nordkette et où les skieurs et snowboardeurs grouillent sur les pistes, les prairies verdoyantes alternent avec les forêts de conifères ombragées en été. Avec une constante qui rutile entre les formations rocheuses déchiquetées : le magnifique ciel bleu acier.

Les promeneurs qui cherchent à relever des défis, rejoindront les sommets rocheux du massif depuis la ville en empruntant l’un des nombreux chemins de randonnée. Plus facile, le Perspektivenweg à 1 900 mètres d’altitude, qui débute à la station de la Seegrube et qui peut être effectué sans avoir une condition physique de champion. Ce sentier est parsemé de citations philosophiques de Ludwig Wittgenstein et comporte bon nombre de plateformes panoramiques.

Le bon plan de Keil pour ceux qui montent au Hafelekar avec la Nordkettenbahn : à 15 minutes du terminus du téléphérique débute une via ferrata qui permet de passer d’un sommet à l’autre. Mais n’y a-t-il pas trop de monde ? Keil rit de bon cœur : « En général ce sont les gens du cru qui font les randonnées. La plupart des touristes profitent du beau temps sur les terrasses.

Hiver sur la Nordkette
Hiver sur la Nordkette
Douces prairies
Douces prairies

Des bouquetins sauvages de tout près

Mais faut-il vraiment monter si haut pour faire connaissance avec la nature alpine ? Pas obligatoirement. Le zoo alpin – le grand zoo outdoor au pied de la Nordkette – héberge un nombre important d’animaux sauvages et rares comme des lynx, des aigles et des marmottes. Certains d’entre eux peuvent également, avec un peu de chance, être vus en liberté.

Tel le groupe de bouquetins, qui vient régulièrement se mettre à l’abri à l’entrée de la station de montagne. Ici les animaux trouvent refuge du froid en hiver et de l’ombre en été. Et ce n’est pas tout : « ils lèchent aussi les murs plâtrés du bâtiment classé monument historique », raconte Keil. « Le goût leur plaît ». De-ci, de-là, un petit renard vient rendre une visite le soir. Le Karwendel, terre sauvage.

Un bouquetin dans son milieu naturel
Un bouquetin dans son milieu naturel

Saviez-vous que ...

... les remontées mécaniques d’Innsbruck ne mettent que 30 minutes pour vous transporter de la ville au Hafelekar, à 2 300 mètres d’altitude ?

InfoBites

Des montagnes qui prennent naissance en ville

C’est la diversité de la nature - aridité et luxuriance, rudesse et douceur - qui offre cette vision exaltante aux visiteurs. Un climat qui passe de la fraîcheur à l’ensoleillement, un univers alpin entre douces profondeurs et sommets embrumés. Des montagnes qui prennent naissance en ville.

Qu’il s’agisse des habitants de la région ou des voyageurs venant de loin, avec ou sans expérience de la montagne et des sommets, Thomas Keil conseille à tout un chacun de faire un tour dans le Karwendel – et de commencer par la montée sur le « Kar » comme il appelle affectueusement la mystérieuse montagne locale des Innsbruckois.

L’ivresse des sommets

Découvrez, en plus de la Nordkette avec Seegrube et Hafelekar, les autres sommets qui se situent à proximité de la ville. Ici, nous avons rassemblé toutes les randonnées de niveau facile pour vous.

unlimited